Le jour de son investiture, Emmanuel Macron affichait une posture très régalienne en compagnie des forces de l’ordre et de l’armée. Puis hier, la composition du premier gouvernement d’Édouard Philippe était annoncée, avec une nouvelle ministre des Armées, Sylvie Goulard, connue pour être favorable au renforcement de l’intégration européenne.

L’ancien chef de la mission militaire française auprès de l’Onu explique ainsi qu’il « n’est pas question d’armée européenne, il est question de coordination européenne. » Pour le général Trinquand, les orientations d’Emmanuel Macron peuvent permettre à l’Europe de sortir de sa crise institutionnelle: « Il ne fait aucun doute que le Président Macron a été élu sur un programme européen […] que la France a besoin d’être un moteur pour transformer l’Union européenne et qu’elle ne peut être un moteur dans ce cadre-là qu’avec un lien très fort avec l’Allemagne. »

Jean-Vincent Brisset partage cet avis: « L’armée européenne, on en a beaucoup parlé, on en parle régulièrement, on parle de Défense européenne, on parle d’armée européenne, on parle de collaboration, d’alliance ad hoc. Jusqu’à maintenant le grand cadre pour faire fonctionner les pays européens entre eux, c’est quand même l’Otan. »

Retrouvez l’intégralité de l’émission sur notre chaîne YouTube

...

La suite...

....

Lien source - http://fr.rian.ru/export/rss2/index.xml -

- Catégorie - Rianovosti

PUBLiCiTÉ

PUBLiCiTÉ

PUBLiCiTÉ

Translate »