Ce rapport « répertorie des actes (qui) constituent de graves violations des droits de l’homme et des abus au regard du droit humanitaire international – pouvant s’apparenter à des crimes de guerre », explique le HCDH dans un communiqué de presse. Le document a principalement mis en cause les forces gouvernementales et leurs alliés ainsi que des groupes de jeunes armés dans des villages de zones contrôlées par l’opposition, à Mayendit et Leer.

Les forces gouvernementales sud-soudanaises et leurs alliés sont ainsi accusés d’avoir tué au moins 232 civils dans ces attaques. Le document précise que les attaques, qui ont visé 40 villages tenus par la rébellion, ont eu lieu entre le 16 avril et le 24 mai dans l’Etat d’Unité.

Des personnes âgées et handicapées ont été brûlées vives, des villageois égorgés, des femmes pendues et des civils exécutés alors qu’ils fuyaient.

Près de 120 femmes et jeunes filles victimes de viols ou de viols collectifs

« Les civils ont été pris pour cibles, les personnes âgées, les handicapés et les enfants très jeunes tués dans de terribles actes de violence – certains victimes de pendaisons ou brûlés vifs dans leurs maisons », affirme le rapport.

Trois officiers ont été identifiés comme les principaux

...

La suite...

....

Lien source - http://www.un.org/apps/newsFr/rss/rss_news_africa.asp -

- Catégorie - NATiONS UNiES

PUBLiCiTÉ

PUBLiCiTÉ

PUBLiCiTÉ

Translate »